Retour

Les coteaux sud d’Épernay

Encore trop méconnu et niché dans l’ombre des deux géants qui l’entourent, la Vallée de la Marne au Nord et la Côte des Blancs au Sud-Est, le terroir des Coteaux Sud d’Epernay possède pourtant tous les atouts pour briller au firmament des meilleurs terroirs de la Champagne. Il est capable, sur un territoire finalement assez modeste en superficie, de produire des Champagnes d’une extraordinaire diversité d’expression. Cette petite vallée, organisée en V autour du Cubry et du Darcy, affluent de la Marne, réunit le meilleur de ses deux célèbres et imposants voisins ! 

Ici, la notion même de terroir se décline au pluriel. Les 1200 hectares de vignes s’étendent sur une multitude de petits coteaux plus ou moins pentus, aux expositions variées, qui s’étendent des faubourgs Sud d’Epernay jusqu’au village de Grauves, à la limite de la Côte des Blancs : ce-dernier occupe en effet le versant ouest de la colline qui abrite, dans sa partie orientale, les célèbres grands crus d’Avize et de Cramant. En 1996, 11 communes de la vallée ont décidé de s’unir pour faire valoir l’identité des terroirs qu’elles partagent et des champagnes qui y sont produits, faisant la part belle au pinot meunier et au chardonnay. Cette association des « Coteaux Sud d’Epernay » regroupe aujourd’hui pas moins de 13 villages : Brugny, Vaudancourt, Chavot, Courcourt, Grauves, Mancy, Monthelon, Morangis, Moslins, Moussy, Pierry, Saint-Martin d’Ablois et Vinay.

Sur un plan géologique, ces coteaux offrent un véritable patchwork de sols de natures différentes. La présence de craie constitue un trait d’union à ces différents terroirs, notamment sur les bas de versant : elle annonce la proximité de la Côte des Blancs. Mais ici, elle se mêle tantôt à des sables alluvionnaires (du côté de Mancy et Monthelon), à des formations calcaires (à Vinay et Saint-Martin d’Ablois) ainsi qu’à des argiles et des marnes, au fur et à mesure que l’on se rapproche de la Vallée de la Marne, vers Pierry et Moussy. Notons enfin que de nombreuses veines de grès érodés (pierre meulière) parcourent le vignoble, donnant sur certaines parcelles de fortes proportions de cailloux et silex.

Cette diversité géologique, couplée à des expositions multiples, permet aux 3 grands cépages champenois de s’épanouir. Le meunier domine sur les coteaux aux sols plus argileux (en particulier sur les argiles du Sparnacien). Le chardonnay se taille la part belle dans les parcelles où la craie et les sables sont les plus présents, à Grauves bien sûr, mais aussi du côté de Mancy, Monthelon, Morangis et Moslins. Enfin, s’il reste ici minoritaire (environ 12% de l’encépagement total), le pinot noir trouve d’excellentes conditions de maturation et d’expression aromatique sur les terroirs les plus solaires, aux sols argilo-calcaires exposés au Sud ou au Sud-Est. 

Au final, de nombreuses petites exploitations familiales, comme la nôtre, ont trouvé dans cette tortueuse vallée du Cubry, aux mille facettes, un formidable terrain d’expression pour élaborer des champagnes de terroir, charnus, pleins et gourmands, mais toujours parcourus de cette vibration minérale et de cette tension qu’apporte la craie.